Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Et Lux In Tenebris Lucet

  • : Le blog de Serge Queudeville
  • Le blog de Serge Queudeville
  • : Serge Queudeville, sur les voies qui mènent à la Lumière, partage ses réflexions et points de vue . Voir ma page au Les cocréateurs
  • Contact

Recherche

12 juillet 2005 2 12 /07 /juillet /2005 23:00

Le but de la communication est de transmettre un message.

La première chose qui me vient à l’esprit, c’est que pour communiquer il faut être au moins deux. Il ne semble pourtant pas y avoir a priori de limite au nombre qui constitue le réseau. Les êtres communiquent par nécessité, dans les conditions prévues par le créateur. Les créatures du monde végétal ou animal ne communiquent pas toujours de la même manière que les êtres humains. Je remarque aussi qu’il peut y avoir communication entre éléments de règnes différents, ainsi une plante peu ressentir le stress causé à un animal. Il me vient également à l’idée qu’un être humain peut transmettre un message au monde minérale et les personnes qui ne croient que ce qu’elles voient seront certainement surprises par les expériences de Samaru Emoto. Cela dit “Heureux celui qui croit sans avoir vu.”

Il ne me semble pas à première vue de limites géographiques ou spaciales... à condition de rester dans le système solaire. Mais selon les moyens utilisés les ondes portent plus ou moins loin... peut-être...

Pour ce qui concerne l’instant de la communication, dans notre monde, aussi matériel qu’illusoire il est utile de synchroniser émission et réception. Mais dans l’absolu, le temps n’existe plus.

Les messages sont transmis à l’aide de vibrations plus ou moins subtiles, d’une fréquence plus ou moins élevée. La communication peut également utiliser des procédés chimiques ou magnétiques... L’être humain ordinaire communique à l’aide de son corps. Les organes des sens sont autant de récepteurs. Les fréquences utilisée ont des longueurs d’ondes différentes selon qu’il s’agit de fréquences audibles, visuelles... . Pour l’aider, la technologie a permis de construire de nombreuses interfaces.

Il y a aussi des fréquences plus subtiles qui permettent par exemple de ressentir la colère, la joie... d’une tierce personne. Il y a d’autre part de nombreux témoignages de communication que j’appellerai “moins ordinaire” bien qu’elles soient à mon avis tout à fait naturelles.

Plusieurs conditions sont nécessaires afin de rendre possible une communication et en premier lieu il faut :

- 1/ Un émetteur et un récepteur

- 2/ Un code commun, qu’il soit magnétique, électrique, chimique... Ce code peut avoir différents niveaux, par exemple pour un code radio-électrique il faudra un accord à la fois en fréquence et en modulation.

qu’il soit magnétique, électrique, chimique... Ce code peut avoir différents niveaux, par exemple pour un code radio-électrique il faudra un accord à la fois en fréquence et en modulation.

Il faut cependant ne pas se bercer d’illusion. Nous nous rendons compte chaque jour que des personnes parlant la même langue maternelle ne se comprennent que partiellement et quequefois pas du tout. Cela est dû au fait que chaque mots est associé à des expériences différentes pour chaque individu. Par exemple le mot “Homme” veut-il dire la même chose pour l’homme ordinaire (déchu) ou l’homme véritable, sage et conscient, qui s’est complètement reconstruit ?

Il devient donc évident que si cela semble suffir, lorsqu’il s’agit pour l’être humain ordinaire, de transmettre une information concernant le monde visible matériel, qui fait l’environnement illusoire du monde relatif dans lequel nous évoluons le temps de notre incarnation, rien ne va plus, lorsqu’il nous faut transmettre, expliquer des expériences inhabituelles. On se rend très vite compte que cela ne suffit plus. Et je suis obligé de revenir à mes propos liminaires.

En effet, lorsqu’il s’agit de transmettre le résultat d’expérience inhabituelles, rencontrées sur les chemins qui mènent à la Lumière, les deux premiers points ne suffisent plus. La communication pour être efficace nécessite en plus :

- 3/ Des références ou des expériences communes.

Et il me vient à penser comme exemple, à l’expérience de Solgial Ripoché, dont le maître à attendu qu’il soit en pleine expérimentation de ce que les Tibétins appellent “la nature de l’esprit” pour lui révéler qu’il venait de l’atteindre. Il n’aurait servi à rien que le maître tente d’expliquer quelques années avant avec les mêmes mots, car sans l’expérience, sans une référence commune, les mots sont vides de sens. L’expérience permet de comprendre au delas des mots, des paraboles, des périphrases...

Aussi lorsqu’il m’arrive de parler à des amis suceptibles de m’entendre, j’insiste bien sur le fait que ce ne sont que des mots que je viens de prononcer, qu’il faut en concerver la mémoire, les assembler avec d’autres témoignages, qui un jour, construirons peut-être un petit bout de puzzle, morceau de Lumière, mais qu’il ne faut croire que ce que l’on a expérimenté. Dans ce dernier cas d’ailleurs je ne dit plus je crois ou j’ai l’intime conviction, mais je sais : Je sais car je l’ai vécu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Queudeville - dans réflexions
commenter cet article

commentaires