Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Et Lux In Tenebris Lucet

  • : Le blog de Serge Queudeville
  • Le blog de Serge Queudeville
  • : Serge Queudeville, sur les voies qui mènent à la Lumière, partage ses réflexions et points de vue . Voir ma page au Les cocréateurs
  • Contact

Recherche

12 janvier 2008 6 12 /01 /janvier /2008 18:29

"Le feu consume la corruption,
mais il dévore l'être corrompu."
(réception au 1ier grade du RER)

Avec le principe de vibration, le Kybalion nous enseigne que tout bouge et vibre. Rien n’est au repos dans l’univers. Au commencement, l’esprit de Dieu planait sur les eaux. L’esprit de Dieu, feu et vibration divine, crée et entretien l’univers. Les différents modes de vibrations, différents en fréquence comme en puissance donnent vie aux multiples variétés des mondes manifesté et non manifesté.

Cette vibration divine, feu initial, fréquence universelle, Amour et chaleur du créateur, d’une puissance incommensurable et d’une variété infinie, est à la fois origine du monde et de la vie. La variété des fréquences de ce feu divin est comprise entre les deux pôles des vibrations les plus fines de l’esprit et les plus lourdes de la matière la plus grossière.

Ce feu de Dieu crée et entretient l’univers ainsi que ses galaxies, les étoiles qui les composent, notre soleil en particulier. Notre luminaire, né de, et entretenu par, la fréquence universelle, communique et renvoie à tout notre système, cette fréquence qui réchauffe et donne la vie.

Ceci étant dit, il semble naturel que le feu, fréquence initiale et créatrice du monde manifesté, est associé au premier cercle de réflexion du CR+C, comme il figure par exemple au premier voyage de réception au premier grade du RER. Car ce feu est vecteur de la volonté de Dieu : Il était au commencement.

Dans certaines conditions, ce feu, en abaissant sa fréquence,  crée la matière, la réchauffe et l’agite à tel point, qu’en présence d'oxygène, il permet une combustion, lente ou vive.

Cette idée d'omniprésence du feu, dans le monde, comme dans toute chose ici-bas, me donne l’idée que l’univers est un grand athanor, creuset d'une grandeur indéfinie, dans lequel, le feu de Dieu transmute sa volonté et la matérialise.

Maintenant, je me permets une réflexion : La cellule est analogue à l’atome, au système solaire, à l’homme (le cœur de l’homme étant analogue au soleil), à une galaxie, au Tout. Par contre, je rejette pour l’instant cette vue scientiste et à mon avis complètement farfelue de « Big Bang », sortie de cerveaux matérialistes, qui oublient que l’univers n’est ni cartésien, ni situé dans un espace orthonormé et que le temps n’existe pas, en dehors de notre petit monde relatif, illusoire et manifesté. L’univers n’est pas en expansion : IL EST !
et il est magnétique.

Pour revenir à ce feu, dense et fabuleux, situé au centre de la création et… partout autour de nous, que l’on peut approcher, « en remontant dans le temps », avec les plus puissants des télescope existants, partout et dans toutes les directions autour de notre terre, je peux conclure que je suis au centre de ce centre, Origine du Tout.
Je reçois le feu d’en haut, où que je puisse être sue la terre et je peux le renvoyer partout autour de moi, tel le feu de Saint Jean, que j’allume par le haut, feu qui descend jusqu’au sol, pour remonter en embrasant le tout.

Partager cet article

Repost 0

commentaires